niceskyblue

關於部落格
it is nice sky blue
  • 247

    累積人氣

  • 0

    今日人氣

    0

    訂閱人氣

Natasha Caruana en résidence au Musée Niepce

 La jeune photographe britannique Natasha Caruana est l’heureuse lauréate de la Résidence BMW 2014 au Musée Niepce.

Elle pose donc ses valises durant trois mois dans notre belle ville pour développer son travail sur le coup de foudre.

Et c’est pour se présenter, présenter son parcours et son projet chalonnais que la jeune femme a reçu ce mercredi soir le public au musée.

Sa biographie se synthétise en une image projetée sur l’écran : elle-même au centre de la photographie, entourée de ses frères et de son père. Tous déguisés en clown car papa est clown et travaille dans un cirque où il fait rire le public. Cette enfance passée dans un cirque lui a donné des envies de scène car elle a toujours été sous le regard du public et réciproquement elle a toujours observé le public d’où son attrait pour l’outil photographique qui lui offre un regard. Un regard certes mais n’excluant pas l’humour car bon sang ne saurait mentir.

Ces projets tournent tous autour de l’amour, la trahison, l’imaginaire (Fantasy) mais elle repousse les limites de la photographie par l’utilisation de différents formats : IPhone ou d’autres outils qui la positionnent au centre de la scène et en toute discrétion tels son porte-monnaie-appareil photo-enregistreur de son ou encore sa montre-appareil photo.


(photo: robe rouge soirée)

A 22 ans, en 2005, l’artiste développe un premier projet « Portraits de l’autre femme ». L’autre femme étant la maîtresse de l’homme marié. Dans ce travail, elle cherche à expliquer sans la juger, la position de la maîtresse dans cette relation à trois. Rappelons que nous sommes en Angleterre où toute relation extra-conjugale est fortement mal considérée et stéréotypée : c’est toujours la femme qui est montrée. L’artiste a prospecté par voie de presse pour obtenir des témoignages de femmes-maîtresses d’hommes mariés et les a mises en scène, en représentation dans une situation qui les a profondément marquées lors de cette relation.

Interpellée par la découverte sur internet de sites web dédiés aux hommes mariés qui recherchent une ou des maîtresses, la photographe enquête sur ses relations et s’interroge sur l’impact de la révolution technologique dans nos vies. Elle s’inscrit donc pour rencontrer ces hommes en quête d’une maîtresse et se rend compte lors de leur première et unique rencontre au restaurant (une au zoo de Londres) que ces hommes photographiés sans visage avec un appareil jetable ou son fameux porte-monnaie cherchent majoritairement un conseil conjugal.

Aucun jugement moral n’est porté par la photographe et lors de l’exposition qui suivit ce long travail documentaire, chaque visiteur se forgea sa propre opinion.

Le troisième projet présenté fut « Fairytale for sale-Conte de fée à vendre » datant de 2012-2013, époque d’un célèbre mariage princier à Londres qui fit rêver beaucoup de jeunes filles mais surtout époque où Natasha Caruana découvrit sur internet un commerce qui l’interpella : celui de la vente par leur propriétaire de robes de mariées. Chaque photo de présentation de robe est issue de l’album de mariage même des époux et le visage des mariés est flouté, dissimulé par divers outils (morceaux de kleenex, feutres, patafix…).

Cet effacement du visage donne une autre dimension aux photographies. L’artiste a collecté 202 images auprès de leurs propriétaires et après s’être attachée à connaître les motifs de cette vente (divorce, besoin d’argent, manque de place pour le rangement…) a créé un nuage de mots apposé auprès de sa mise en scène photographique. Nous n’emploierons pas le terme ses photos car se pose le problème du réel auteur : le photographe, les mariés ou l’artiste qui se les réapproprie dans une nouvelle œuvre.

Natasha Caruana travaille actuellement sur plusieurs projets.

Détective est une série sur le travail de la détective Rebecca J. en action, en surveillance dans sa région du Lancashire et se décline suivant une double approche : les photos prises par Natasha Caruana et les snapshots de la détective prises par elle-même. Ce projet en cours se veut une exposition de la « parano des gens et une représentation intime de leurs relations ».

Effet boule de neige pour le deuxième travail en cours puisque le Lancashire est un pays de légendes, de sorcières où fut pendues en 1612, une dizaine de femmes qui se mêlaient un peu trop des affaires des autres comme notre détective. D’où l’idée de photographier cette région « sous influence négative au niveau moral » tout en faisant la part belle aux récits historiques.

En 2013-2014, le projet « Love bomb » a vu le jour suite à la relation difficile de l’artiste avec son petit ami et la volonté de cette dernière de comprendre le fil ténu entre amour et haine.

Sort, potion, élixir et articles de journaux relatant des cas extrêmes d’amour, de haine, de rupture. Tous ces amours et désamours feront l’objet d’un livre prochainement.

Et le projet chalonnais dans tout cela, vous demanderez-vous ? Toujours une histoire d’amour ou plus exactement de coup de foudre. Et l’artiste a besoin de la collaboration de tous ceux qui frappés par la foudre un jour de leur vie au détour d’un regard peuvent apporter leur témoignage sur cette chose obscure du cœur et de l’esprit que la jeune femme se propose de disséquer scientifiquement, humainement, en photo et en mot avec la complicité des chalonnais. Pour tout renseignement complémentaire, contacter le musée Niepce et suivez l’aventure sur le compte facebook de la photographe.

voir aussi: les robes de soirée 2013
相簿設定
標籤設定
相簿狀態