niceskyblue

關於部落格
it is nice sky blue
  • 247

    累積人氣

  • 0

    今日人氣

    0

    訂閱人氣

Une peau de chagrin

 Patrick Munch : « La France est, et restera, un pays de liberté. Je ne vois pas de quel droit certaines personnes se permettent de bafouer notre liberté en nous interdisant la diffusion de caricatures ou autres. Si ces personnes n’acceptent pas nos lois ni nos règles, qu’elles aillent voir ailleurs. Il faut appliquer nos lois partout en France. Les zones de non droit n’ont pas lieu d’être. Le comportement de certaines personnes est totalement anti républicain et de ce fait doit être très sévèrement puni. En attendant, notre gouvernement doit prendre sans attendre les mesures qui s’imposent afin d’éviter au maximum le renouvellement de ces actes de barbarie. »

◗ M. D. : « A quoi servent les libertés si on ne peut pas les exercer ? Il faut restreindre les libertés et les droits de ce x qui veulent nous priver de nos valeurs essentielles et en finir avec la bien-pensance. Tout le monde n’est pas beau, tout le monde n’est pas gentil. Regardons les choses en face et appelons la bête par son nom. En France, en Europe et ailleurs. Il n’est jamais trop tard, mais plus on attend et plus le coût sera élevé. »

◗ misterjojo : « Si on commençait par appliquer les lois et les règles déjà existantes, sans indulgence et sans laxisme, il ne serait pas nécessaire de prendre de nouvelles mesures. Il faut ouvrir les yeux et arrêter avec l’angélisme et les excuses vaseuses, face au comportement de certains voyous ! »

◗ Roger Marcot : « Oui sans aucune hésitation ; dans la vie, il faut savoir ce que l’on veut ; on ne peut pas avoir tout et son contraire. Un peu moins de liberté dans un pays où il y en a beaucoup ne devrait pas être trop gênant ! »

Depuis la manifestation du 11 janvier dernier (ici, à Strasbourg), le débat sur la sécurité ne cesse d’enfler.  Photo DNA – Michel Frison

photo: robe de soirée grande taille

◗ M. T. : « Oui sans hésitation et commencer par appliquer les lois existantes et arrêter l’angélisme. Je pense à ce bijoutier qui a été condamné pour avoir tiré sur quelqu’un alors que ce dernier avait une arme braquée sur lui. S’il faut attendre que le braqueur tire avant de riposter si on peut… Il est aussi bon de rappeler que la liberté comme certains l’entendent n’existe pas, la seule liberté, c’est le choix des contraintes. Vous ne conduisez pas comme vous voulez, ne construisez pas comme vous voulez où vous voulez, au travail il y a le code du travail et le règlement intérieur, au jeu il y a des règles, chez vous vous ne pouvez pas maltraiter femme et enfants, vous ne dites pas ce que vous voulez, attention à la diffamation. Quant aux prélèvements, aucune liberté, vous avez à payer. Point final. Environ la moitié des Français n’ont pas le gouvernement qu’ils ont choisi lors du vote. Liberté est un mot pour lequel des millions sont morts et il convient de ne pas le galvauder. »

◗ Memphis : « Si les lois et les règles déjà existantes sont appliquées, sans indulgence et sans laxisme, il ne serait pas nécessaire de prendre de nouvelles mesures. »

◗ Gérard Baehl : « Les lois existantes sont suffisantes. Appliquons-les sans état d’âme. »

◗ Haltstop : « Quand on n’a rien à se reprocher, on accepte ces contraintes. Ce sont juste certains quartiers qui auront un problème. »

Commençons par appliquer les lois existantes

◗ Etienne67 : « Avant de faire de nouvelles lois, il faut être intransigeant sur celles en vigueur. Lorsque l’on trouve des excuses aux personnes qui brûlent notre drapeau, il ne faut pas s’étonner que l’on prenne la France pour un pays où tout est permis. »

◗ Jeannot Heckmann : « Montrer plus de rigueur dans l’application de la loi, arrêter de trouver des excuses aux personnes qui brûlent tout et surtout notre drapeau… Il faut tout faire contre les imams radicaux et les condamner fermement ! »

Le risque zéro

◗ Lothaire Zilliox : « Tout choix « bipolaire » crée des tensions. Ici ce sera entre les adeptes d’une « liberté totale » et ceux qui revendiquent la « sécurité absolue ». Je pense que face à toute menace sociétale, il faut une « vision en triangle » pour trouver des réponses équilibrées. Ainsi, il s’agit pour notre avenir à tous d’associer ici aux mots de Liberté et Sécurité celui de Responsabilité. […] L’intelligence collective se construit mieux et repose bien « sur trois pieds » ! »

◗ Patrick Voekt : « Non aux questions binaires… La sécurité, il va de soi, mais adaptée à la situation. Les déséquilibrés de tous poils sont à traiter avec nos moyens républicains, en l’occurrence s’il y a raison d’État, pour l’instant, elle concerne la France à l’international. »

◗ Hubert Gaschi : « Quoi qu’on en pense ou dise, des restrictions aux libertés, y compris à la liberté d’expression, sont inéluctables pour préserver une certaine sécurité. Les mesures annoncées en vue de la protection des bâtiments publics et des édifices cultuels en attestent d’ailleurs. Plus généralement, il faudra, dans la mesure du possible, s’attaquer à la diffusion de messages liberticides sur le net entre autres. Dans le contexte actuel, des moqueries contre les religions me paraissent également devoir être évitées, car elles peuvent constituer autant de provocations à l’égard de certaines catégories de la population dont la sensibilité serait touchée au plus profond. Dans tous les cas, les dispositions prises en matière de sécurité constitueront autant d’entraves pour l’ensemble des Français qui seront gênés dans les actes de la vie courante. »

◗ Roger Debelut : « Je dirais oui, tout en rappelant qu’il n’est pas utile de faire de nouvelles lois, mais de faire appliquer fermement celles existantes, ou les directives s’y rapportant. En effet, dans la Constitution de la République française, il existe un terme que beaucoup semblent ignorer concernant la liberté : « La liberté de chacun s’arrête là où elle gêne celle des autres ». Cette phrase résume à elle seule toutes les règles de vie en communauté ; et cette même directive amène, sans réserve, à un autre principe, qui est le respect d’autrui ! Souvenons-nous, dans la première moitié du XXe siècle, à l’école, la journée commençait par une courte leçon d’instruction civique (ou morale) basée sur le respect : respect de l’enfant envers ses parents, respect de la personne, respect du bien d’autrui, etc. puis on a tout balayé au nom de la liberté effrénée ! Plus de respect pour le maître d’école, de la personne civile ou religieuse, plus de respect pour le bien d’autrui… liberté de tout faire ! Comment alors un jeune qui ne respecte pas ses parents pourra respecter le voisin qu’il côtoie à l’école ou dans la rue ? Comment ne sera-t-il pas tenté de s’approprier le bien qu’il n’a pas chez autrui ? Puisque les parents et les adultes démissionnent de leur rôle d’éducateurs ! Alors que les principes et les lois pour la vie en commun existent, et que cela permet de vivre ensemble sereinement, oui, il faut les faire appliquer fermement, car ce n’est à mon sens que la seule façon d’être en sécurité, et libres. »

voir aussi: robe de soirée dos nu
相簿設定
標籤設定
相簿狀態